De L’Intelligence Artificielle… et de l’Humain !

Ilustration pour le sujet de thèse
De l’humain et de l’IA

Un bref détour par mon sujet de thèse

Le rêve d’une Intelligence Artificielle n’est pas nouveau. Des mythes d’hier au cinéma d’aujourd’hui, l’imaginaire collectif tend vers des technologies innovantes visant à remplacer ou à améliorer les hommes et les femmes et offrant tous les possibles : l’humain augmenté, le don d’ubiquité ou encore le langage universel.

Dans les années 2010, les réseaux de communication, la puissance de calcul toujours plus performante, la mise en données du monde et les algorithmes d’apprentissage sont en passe de faire basculer l’IA du rêve à la réalité. Les promesses sont nombreuses tant en matière de supports qu’en matière de modalités d’interaction et semblent prêtes à nous précipiter dans un lendemain sans retour.

Il convient pourtant de rappeler que ce que nous nommons « Intelligence Artificielle » n’est autre que l’ensemble des artefacts programmés pour percevoir et comprendre des situations, agir de manière pertinente sur des environnements et prédire des décisions futures face à des situations potentiellement possibles.

Mais alors quelle est la place des hommes et des femmes aux côtés de ces nouvelles formes de dispositifs techniques ? Comment s’inscrivent-elles dans les activités humaines de tous les jours ? 
Plus largement, quelles sont les conditions d’appropriation de ces dispositifs techniques qui apprennent et évoluent ?

L’objet de ma thèse d’ergonomie est justement de comprendre l’impact des dispositifs à base d’IA sur les activités humaines mais aussi l’apport de l’IA dans les systèmes de ressources existants mobilisés aujourd’hui par l’humain. La finalité de ce travail est de fournir des repères de conception pour définir les conditions d’appropriation de ces machines intelligentes.L’ancrage théorique des activités médiatisées (Vygotski, Leontiev, Rabardel) permet de déplacer la focale vers le vivant et de resituer les hommes et les femmes au centre des systèmes sociotechniques. Fort de cet outillage théorique, cette étude se propose d’étudier les rapports qu’entretiennent les humains avec le monde via les machines à base d’IA. Ce glissement anthopocentré offre la possibilité de comprendre comment la machine peut être source de diminution ou d’augmentation des moyens d’agir de l’humain mais aussi comment la machine m

édiatise le rapport de l’humain au monde et de quelle manière ces machines transforment et réorganisent les activités humaines. Quelles formes de médiation offrent-elles ? Quelles transformations opèrent-elles sur les activités humaines ?

Deux terrains viennent soutenir notre recherche en documentant les besoins réels des communautés destinataires d’artefacts intelligents :
• Le premier terrain concerne les activités de trois groupes professionnels (juristes, RH, ingénieurs) outillées par des chatbots. L’entreprise vise ainsi à réduire les tâches de ces travailleurs, à les rendre plus performants, et s’inscrit pleinement ici dans une vision de la machine intelligence au centre du système sociotechnique. Notre étude révèlera que la machine ne réduit pas le travail de ces personnes mais le transforme et l’augmente (supervision de la machine, maintenance, entrainement des algorithmes apprenants…). Elle montrera en outre que la conception des chatbots est poussée par une volonté d’innovation et non pas par des besoins réels.

• Dans le second terrain, nous proposons justement une démarche de conception inverse. Cette même entreprise souhaite concevoir des robots. Elle souhaite ainsi partir des possibilités techniques plutôt que des besoins réels. Nous avons alors proposé de faire le chemin inverse et de documenter de manière qualitative les activités domestiques de plusieurs foyers afin de développer des artefacts intelligents pertinents, utiles du point de vue de l’humain et appropriables.


1 réponse

  1. Hi, this is a comment.
    To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in the dashboard.
    Commenter avatars come from Gravatar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search